jeudi 15 mars 2018

Une eau-forte nouvelle d'Auguste Brouet

Événement rare : non pas (seulement) une victoire du Quinze de France, mais, encore plus insolite, une estampe inédite de Brouet. Jusqu'ici parfaitement inconnue, elle vient de refaire surface il y a quelques semaines, à Tours.

Marchande
Un marché de rue - vers 1905 ?
Eau-forte d'Auguste Brouet (Ba 62)

Mesurant 250×168 mm, c'est une eau-forte signée, mais non numérotée. Elle est tirée avec soin, sur un vergé de qualité et avec une belle finesse d'encrage. Elle représente une petite longueur de rue commerçante, par une matinée animée. A gauche, la devanture d'un commerce, avec son auvent massif, décoré de victuailles peintes, dans l'ombre duquel on découvre tout un bric-à-brac de quincaillerie - ou bien est-ce un charcutier ? Jouxtant ce magasin, l'entrée sévère d'un immeuble, en pierre de taille, ou plutôt avec ces moulures qui l'imitent. Sous le linteau, zébré d'une méchante fissure, la porte est décorée de panneaux de verre à motifs de palmettes. L'un des battants, ouvert, laisse entrevoir un profond corridor, que l’œil parcourt jusqu'au plein jour de la cour intérieure.

Un chien en raccourci, au premier plan, ainsi que l'enfilade du corridor mènent l’œil au plan de la scène. Les personnages qui le peuplent forment comme un condensé des motifs favoris de Brouet. Un joueur d'orgue, son instrument sur le dos, entre par la gauche. Sa silhouette n'est pas sans évoquer le Marchand d'habits (2ème planche) (Ba 19, 1904), Son chemin va contourner une marchande des quatre-saisons et sa carriole à auvent, bigarrée comme un patchwork de sacs et de paniers, qui tour à tour offrent au regard les efflorescences d'une marchandise qui déborde ou les valeurs contrastées de surfaces détourée d'une pointe sûre, aux textures modulées avec art. La marchande sert une cliente à moitié masquée par la voiture, dont elle clôt le motif de sa figure massive. Une seconde marchande, qui fait affaire près de sa carriole, referme à droite cette enfilade. Au premier plan, une jeune fille guide avec précaution les pas d'un tout jeune enfant, qui observe d'un œil circonspect le passage du chien, tandis qu'à l'arrière-plan, on devine la silhouette d'un autre joueur d'orgue, assis au sol et moulinant un air d'une main fatiguée.

Marchand de gui
Marchand de gui - vers 1907
Eau-forte originale en couleur d'Auguste Brouet

Quoiqu'elle paraisse très familière par son thème, cette planche présente de nombreuses singularités. Si on y trouve tous ces personnages populaires de Montmartre qui donnent leur animation si particulière aux planches en noir de Brouet, dès les années 1904-1914, et encore bien plus tard, leur association en si grand  nombre dans une seule composition en noir est inhabituelle chez lui. On a l'impression d'avoir deux planches de Brouet en une, comme si on avait voulu combiner, par exemple, le Joueur d'Orgue (Ba 247) et la Place Blanche (Ba 52). En fait, la construction de cette  planche nous renvoie plutôt au Marchand de Gui, cette estampe originale en couleur de l'année 1907 [1] dont la composition est très semblable, dans la disposition de la rue, des personnages, du chien[2]. La taille de cette dernière planche est certes beaucoup plus importante (558×478 mm), mais elle ne fait que souligner les dimensions déjà remarquables de celle-ci, si on la compare aux petites estampes originales en noir de la même période. Dernière caractéristique insolite, le trait est du plus grand lâché. La matière est bien celle de Brouet, mais par une observation détaillée, on retire une impression de travail rapide, de construction moins précise des masses que dans d'autres travaux.

Marchande
Un marché de rue (détail) - vers 1905 ?
Eau-forte d'Auguste Brouet

Il n'y a aucune indication, ni apparente sur l'épreuve, ni dans la littérature sur cette œuvre, dont on trouve reproduite ici l'unique épreuve connue. Que peut-on en dire ? Peut-être un essai à taille réduite pour une planche en couleur, une première pensée pour la grande planche en couleur du Marchand de Gui ? En comparaison de la nôtre, la composition de cette dernière, qui accueille un nombre bien plus grand encore de personnages, est en effet enrichie d'une large tache biscornue d'ombre portée, sur le pavé à gauche. Cette ombre, ainsi que la figure du marchand, et encore plus la brassée de gui qu'il transporte[3] , matérialisant le premier plan à droite, brisent la régularité d'une composition plane et frontale, que Brouet a peut-être voulu dynamiser par ces choix. Ou à l'inverse, s'agit-il d'un premier essai de planche en noir ? Est-ce par exemple un précurseur de La Boucherie (Ba 16), qui présente de nombreux éléments communs, mais dont les volumes apparaissent tout autres grâce à l'utilisation de la perspective diagonale ? Avant que le métier ne s'affirme et que le travail ne condense la planche et le dessin en ces petites pièces, ces groupes de marchands et ces petites scènes d'artisans au travail, qui nous si familiers ? Impossible de l'affirmer avec certitude en l'absence d'éléments supplémentaires : tout au plus cette planche nous permet-elle de pousser un peu plus loin la réflexion sur le travail de l'artiste et son développement[4] .

Notes:

[1] Catalogue de l'Exposition de la Gravure originale en couleur, galerie Georges Petit, 1907.

[2] Pour un intéressant jeu des différences, cherchez, dans un ordre de difficulté croissant : le chien, le joueur d'orgue, l'enfant et sa sœur, la voiture des quatre-saisons et sa marchande, le second joueur d'orgue. 

[3] Pour ce personnage, voir la planche en noir Le Marchand de gui (Ba 12) qui suscite des questions analogues.

[4] Dans la logique du catalogue, on lui aurait attribué quelque chose comme le numéro Ba, 17,5, mais le premier entier disponible étant plus loin, elle portera le numéro Ba 62.

lundi 15 janvier 2018

Octave Bernard et l'autre Estampe Moderne - I

harlet scène d'enfants

Samedi 3 juillet 1926 - il y a un banquet au Vieux Logis, 33 rue Lepic, au coin de la rue de Maistre. On y fête un évènement de première importance : la nomination au grade de Chevalier de la Légion d'Honneur de l'administrateur-directeur de la Société l'Estampe Moderne, Octave Bernard.

Lire la suite

lundi 1 janvier 2018

Meilleurs voeux !

carte_2018_s.png

Une carte de vœux toute en couleur cette année, pour évoquer les innombrables gravures de reproduction en couleur que Brouet grava au cours des années, et dont nous venons de mettre une liste en ligne récemment...

carte_2018_s.png

Vous y trouverez toutes les gravures de reproduction qui figurent sur cette carte, d'après des œuvres de Millet, Rembrandt, Watteau, Abel-Truchet, Gainsborough, Whistler, Dumaresq, Deutsch, Woog, et bien d'autres encore !

Lire la suite

Season's greetings!

carte_2018_s.png

This year, the Brouet greeting card is unusually vibrant with colors, in tribute to the numerous reproduction etchings in color crafted by the artist over the years, and all illustrated in this recently published list...

carte_2018_s.png

Color etchings after Millet, Rembrandt, Watteau, Abel-Truchet, Gainsborough, Whistler, Dumaresq, Deutsch, Woog are shown on the card, and many more can be found on the list!

Lire la suite

mercredi 15 novembre 2017

Gravure de reproduction et débuts discrets

Turner_Polypheme.jpg

A l'occasion de la mise en ligne d'une liste des estampes de reproduction gravées par Brouet, nous apportons quelques précisions sur la chronologie des débuts de l'artiste.

Lire la suite

vendredi 15 septembre 2017

L'amateur

Boulanger75.jpg

La renaissance de l'eau-forte d'artiste est un phénomène périodique. Celle de 1900 suscita la vocation de Brouet pour l'eau-forte originale, dans laquelle son talent s'épanouit pour  lui apporter vingt ans plus tard notoriété et attention du public. Effet de mode, comme dirait Baudelaire, que ce renouveau de l'eau-forte, mais aussi fruit du travail des artistes, des marchands et des journalistes, et in fine choix de l'amateur. C'est celui-ci que nous rencontrons aujourd'hui.

Lire la suite

samedi 15 juillet 2017

La Provence à Paris (II) - Léo Coren

197_001.jpg

Après notre premier épisode consacré à Firmin Delrieu, nous ne saurions passer sous silence la personnalité du second témoin de mariage de Frédéric Grégoire, le très singulier Léopold Coren, lui aussi musicien d'origine provençale...

Lire la suite

lundi 15 mai 2017

Un courrier de Georges Grignard

Grafton_Malaunay.jpg

Alors que les récents évènements politiques ont mis à nouveau en relief certaines questions de société, et tout particulièrement le rôle social du travail et son organisation, voici une missive inattendue par laquelle notre ami Georges Grignard se rappelle à notre bon souvenir.

Lire la suite

mardi 21 mars 2017

Henri Labrosse (1893-1917)

Henri_soldat_3_.png

Une contribution mémorielle personnelle, sans lien avec le thème principal de ce blog, si ce n'est la remarquable qualité graphique de cette photo d'amateur.

Lire la suite

mercredi 15 mars 2017

Le dernier jour de Charles de Bordeu

Deux pêcheurs au bord d'un cours d'eau

J'ai longtemps cru que l'identité de Gaston Boutitie, l'éditeur d'art qui publia en 1918 l'édition du Feu, de Barbusse, illustrée par Renefer, et en 1923 le catalogue raisonné de l’œuvre gravé de Brouet, resterait à tout jamais drapée dans un épais mystère. Mais voici que, tout comme celle de Frédéric Grégoire, elle se dévoile - en partie - à nos yeux.

Lire la suite

- page 1 de 4